MODULO: Ora Ito rend hommage à Le Corbusier avec une scénographie sculpturale en bois pour Cassina pendant D'Days 2015

Du 2 au 6 juin 2015. Le projet d’Ora Ito pour Cassina, à l’occasion des D’Days, s’inscrit dans le programme LC50, qui commémore cette année le cinquantième anniversaire de la disparition de Le Corbusier et célèbre les 50 ans de la Collection LC (Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand). Ce projet met en scène deux symboles primordiaux du travail de l’architecte : le Modulor et la Main ouverte. Ces symboles expriment à eux seuls l’oeuvre du Maître. Ils sont réalisés en bois, matériau utilisé pour réaliser le cabanon d’été de Roquebrune-
Cap-Martin et fait partie du patrimoine de Cassina dans le travail de la haute menuiserie.
 
Le Modulor, un nouveau système de mesure
Né de la rencontre du Module et du Nombre d’Or, le Modulor est une notion architecturale inventée par Le Corbusier en 1944. Silhouette humaine standardisée servant à concevoir la structure et la taille des unités d’habitation dessinées par l’architecte, comme la Cité radieuse de Marseille, la Maison radieuse de Rezé ou l’Unité d’habitation de Firminy-Vert. Elle devait permettre, selon lui, un confort maximal dans les relations entre l’Homme et son espace vital. D’une taille d’1,83m, la silhouette atteint la hauteur de 2,26m le bras levé.
 
La Main ouverte, un symbole d’échange
Conçue « pour recevoir et pour donner ». La Main ouverte est avant tout le symbole de l’échange et de la passation de la connaissance. L’expression symbolique du message que Le Corbusier a voulu exprimer dans l’ensemble de ses travaux. La philosophie de l’architecte, du peintre et du poète qu’il fût, trouve ici un signe éminemment fraternel qui passe le temps et parle à tous. « Reconnais cette main ouverte, la main ouverte dressée comme un signe de réconciliation « ouverte pour recevoir, ouverte pour donner ».
 
Modulo, un jeu d’architectures et de symboles
La scénographie imaginée par Ora Ito pour le showroom Cassina de Paris joue sur le rapport d’échelle. Jouant avec les codes de Le Corbusier, il met en scène à la fois du mobilier dessiné par l’architecte (Tabouret LC14), et avec ses co-auteurs Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand (fauteuils LC1 et LC3, chaise-longue LC4) à l’intérieur d’éléments architecturaux en bois, se référant ainsi au Cabanon, qui eux-mêmes regroupés signifient une ville. « Tout Le Corbusier y est » du moins les symboles de son oeuvre, et présente d’autres signes tels que la course du
soleil. La fresque murale quant à elle représente le Modulor, de la position assise à la position debout, et exprime la volonté du maître de proposer, ainsi, un système plus adapté que le système métrique, car il est directement lié à la morphologie humaine, dont il espérait voir un jour le remplacement.
 
Ora Ito, un admirateur et un collectionneur de Le Corbusier
« Le Corbusier fait partie des personnes qui m’ont donné envie de faire mon métier », aime dire Ora Ito « et c’est grâce à Cassina, si j’ai découvert ce grand théoricien et artiste complet ». Dans sa jeunesse, il découvre un catalogue de la marque italienne et tombe en arrêt devant les mobiliers des Maestri.
Aujourd’hui, Ora Ito continue à admirer Le Corbusier et à le faire vivre. Il collectionne les mains dessinées par l’architecte, et possède une pièce maîtresse de son architecture avec l’ancien gymnase du toit terrasse de la Cité radieuse qu’il a transformé en centre d’art. : le MAMO. Ainsi, au travers d’expositions qu’Ora Ito programme, « l’oeuvre de Le Corbusier est partout ! et nous contribuons à sa mémoire ». Les artistes Xavier Veilhan, Daniel Buren et Dan Graham y ont déjà posé ses valises.